Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

AddThis Social Bookmark Button

 

Quelques deuxième albums réussis


 

 

VIANNEY : il réunit la chanson française et le song-writing anglo-saxon

 

Deuxième album attendu après l'incroyable succès du premier : disque de platine et artiste masculin de l'année aux Victoires de la Musique 2016.
 

 

Lisa LEBLANC : l'auteure-compositrice-interprète canadienne a voulu élargir sa palette musicale et s'est offert un long voyage initiatique dans la culture musicale cajun et américaine... résultat un road-trip musical détonnant entre blues cajun, bluegrass et rock furieux.

 

Quatre ans après le succès monstre de son premier album Lisa Leblanc est de retour avec son énergie et son étourdissant mélange d'anti-folk, de country et de rock alternatif qu'elle appelle "folk-trash". Montréalaise d'adoption, Lisa Leblanc a conquis toutes les scènes francophones avec son sens de la formule et la richesse de son univers musical... Si l'album résonne fort au son du bluegrass, de la country ou du western, avec quelques riffs hawaïens, l'ensemble sonne résolument rock... (fipradio.fr).

 

LESCOP :

 

Deuxième album de Lescop, 10 titres réalisés par Johnny Hostile (Savages, Izia) déjà aux commandes du premier album et écrit par Matthieu Lescop. Plus qu'une collaboration professionnelle c'est une réelle amitié qui lient les 2 hommes, qui ont réussi à faire évoluer le son de Lescop, à l'origine très emprunt des codes de la Cold Wave anglaise et des références de la scène rock française des années 80 (Taxi Girl, Daho) vers plus de chaleur et de groove ; évoquant sur certains titres (Loeiza) les anglais de Metronomy. Evolution musicale donc portée par la plume toujours plus inspirée de l'auteur Lescop.

 

LA FEMME : Fantaisies yé-yé, phrasés rap... en Femme libérée, la formation électro-pop mélange les genres, et dresse le portrait sans concession de sa génération. (telerama.fr)

 

 

La Femme s'est vite imposée comme une pièce de choix dans la galaxie des formations branchées, électro-pop, néo-cold wave, néopsyché qui ne cessent de fleurir. La Femme s'ouvre musicalement à des fantaisies yé-yé (Le vide est ton nouveau prénom, Septembre), à des phrasés rap (Exorciseur), à des mélodies presque orientales (Psyzook). Mais c'est surtout dans son propos que La Femme sort du lot. Subversive et libre. Elle dessine le portrait d'une génération qui perd ses illusions (Où va le monde, entêtant), mais veut bouffer la vie. Une génération qui mélange les genres, chante les attirances unisexes, la danse, les psychotropes, les tourbillons parfois salutaires et le manque d'amour, sans s'apitoyer. Les voix féminines et masculines apparaissent sans prévenir, renforçant l'effet de surprise et la richesse de l'ensemble. — Valérie Lehoux (telerama.fr)

 

 

KID WISE : Les vivants affirme leur mélange d’indie pop et de rock progressif. (musique.rfi.fr)

 

Morceaux planants, montées orchestrées et pop progressive, ce qui pourrait être de l’électro-pop banale prend avec le groupe mené par Augustin Charnet l’allure d’une véritable odyssée. Le cinéma et la pub ne s’y sont d’ailleurs pas trompés : leurs gimmicks sont irrésistibles. Ce qui change pour ce deuxième album ? Des titres parfois raccourcis à trois minutes, des structures simplifiées et puis, le chant en français qui s’invite çà et là (“Hold on”, “Loin de l’autre”, “Les vivants”). A l’image de son instrumental de fin, "Les vivants" est encore meilleur que son prédécesseur, "L’innocence". Qui a dit que les suites ne valent jamais le coup ? (longueurdondes.com).

 

 

SOHN : sa musique est un concentré d'électronique sur lequel il pose sa voix sans artifices. Parfois brute, pure, elle se détache du côté mécanique de l'instrumental, comme sur "Hard Liquor", le premier titre de l'album.

 

Un deuxième album réussi pour ce nouveau petit génie de la musique électronique.  "Rennen"  est le genre d’album qu’on croit redécouvrir à chaque écoute. D’une ouverture au summum de l’épique (Hard Liquor) au piano-voix sensible et délicat (Rennen) en passant par un minimalisme brutal aux sonorités industrielles (Dead Wrong), Sohn nous emporte à toute allure à travers ses différents univers...