Imprimer

AddThis Social Bookmark Button

 

 

Les coups de coeur de la fin d'année 2016


 

coupsdecoeurhiver

 

Des coups de coeur pour des artistes à découvrir ou à suivre dans leurs nouvelles aventures musicales...  

et un peu plus loin...

Des coups de coeur classés par genre musical.

 

 

 

 

Des albums jazz pour les chanteuses

Norah JONES, Natacha ATLAS et MALIA

 

Norah JONES. - Day breaks


Norah Jones revient à ses racines, le jazz et le piano.

Un retour aux sources qui nous renvoie en 2002, date de la sortie de "Come Away with Me" son premier album.

 

Les douze titres de ce "Day Breaks" comprennent neuf titres originaux ainsi qu'une reprise du sublime "Fleurette africaine" (African flower) de Duke Ellington, du "Peace" de Horace Silver ou de "Don’t Be Denied" de son ami Neil Young. Autre belle promesse, la liste des invités qui comprend notamment, le saxophoniste Wayne Shorter, le batteur Brian Blade, déjà présent sur son premier disque, et le maître de l'orgue Lonnie Smith… « La boucle est bouclée avec ce nouvel album, car je reviens à mes premières influences. Après mon premier album, je m’étais un peu éloignée du piano. J’en jouais toujours, mais j’étais plus inspirée en écrivant sur une guitare. J’ai vraiment aimé jouer au piano sur cet album. » (fipradio.fr).

 

 

Natacha ATLAS. - Myriad road


Une album JAZZ

La chanteuse anglo-égyptienne sort "Myriad Road" coécrit, arrangé et produit par le trompettiste Ibrahim Maalouf. Cette rencontre est presque une évidence tant l'identité musicale des deux artistes est commune, celle du métissage des genres, de la rencontre entre l'Orient et l'Occident.

 

L'album "Myriad Road", enregistré à Los Angeles, sera donc ses vrais débuts dans le jazz, elle y chante d'ailleurs souvent en anglais. A l'origine du projet, Ibrahim Maalouf qui a toujours été inspiré par les grandes voix orientales. Il est co-auteur des chansons avec la chanteuse, arrangeur, producteur et bien sûr interprète. Il a formé un quintet jazz autour du batteur André Ceccarelli et a invité des artistes comme le violoncelliste Vincent Ségal ou le tromboniste Robinson Khoury du groupe Uptake. (fipradio.fr).

 

 

MALIA. - Malawi blues - Njira


Soul jazz

Après avoir développé ses différents styles musicaux à travers les cinq disques qu’elle a parfois composés aux côtés d’artistes connus comme André Manoukian, elle revient avec un album qu’elle veut plus personnel. Ce nouveau disque est l’occasion pour elle de parler davantage de ses origines. 

 

Née en République du Malawi, elle est restée toute son enfance dans cet état du Sud-Est africain, avant de déménager à 14 ans à Londres. Elle se sent aujourd’hui apte à parler de son pays de naissance et de sa culture. Elle le fait de façon minimaliste, puisqu’elle est simplement accompagnée de piano, de guitare et de percussions. C’est essentiellement sa voix douce et expérimentée qui arrive à nous transporter dans son univers riche en histoires... Johana Bonenfan (nouvelle-vague.com).
 

 

 

Des histoires d'îles...

Ouessant pour Yann Tiersen et la Sicile pour Piers Faccini

 

Yann TIERSEN. - Eusa


Album instrumental au piano.

Yann Tiersen invite à une balade musicale et bretonne. Le tout donne un rendu très épuré et inspire au calme.

La langue bretonne mise à l'honneur. A 46 ans, le musicien rennais n'avait jamais appris le breton. En se plongeant dans sa langue, il découvre quelques pépites. Comme ces deux poèmes d'Angela Duval, dits en breton par sa femme. Ils parlent des bruits de la nature. Deux morceaux énoncés sur une partition de piano qui ouvrent et referment l'album.

 

A la partition de piano, le compositeur a ajouté des ambiances sonores d'oiseaux et de vent captées au bord de la mer. « C'est important de connaître notre place dans le monde et l'écosystème dans lequel on vit». De "Yuzin", à "Roc'h ar vugale" en passant par "Porz Goret", chaque rocher à un nom à Ouessant. Yann Tiersen rend hommage à dix lieux sur Ouessant, à travers sa musique mais aussi des photos prises par Emilie Quinquis, et des coordonnées GPS, pour que l'on puisse se perdre sur cette carte musicale. (culturebox.francetvinfo.fr).

 

 

Piers FACCINI. - I dreamed an island


L'île dont rêve le chanteur est la SICILE.

De Bagdad à Palerme, des Calabres, jusqu’aux Pouilles, Piers Faccini nous plonge avec humanisme dans une douce rêverie blues folk, universelle et sans âge.

"Au départ, j'étais influencé par la musique du royaume normand de la Sicile au XIIe siècle. Ce que j'adore dans la musique folk du sud de l'Italie, c'est qu'on y entend déjà la Grèce, le Maghreb. J'ai voulu faire une conversation entre ces influences et l'identité sociale, culturelle, religieuse actuelle."

 

De sa voix douce et lancinante, Piers Faccini peint une fresque mythologique et vivante, nous conte cette Sicile normande où l'on parlait autant l’arabe, l’hébreu et le grec que la langue d’oïl. Mélodiste hors pair, l'artiste fait danser avec une sensibilité précieuse le guembri de Loy Ehrlich et la viole d’amour de Jasser Haj Youssef. Les instruments d’époque s’échangent, le psaltérion de Bill Cooley, la guitare baroque, la mandoline, le théorbe, et les langues se délient dans les cordes en arabe sur un poème du 12eme siècle du sicilien Ibn Hambis scandé par Malik Ziad. Piers Faccini chante en palermitano dans la chicone «Anima», ou encore en Français dans la prose d’un trouvère provençal «Oiseau».  (fipradio.fr).

 

 

Rencontre de deux univers...

 

Thomas ENHCO, piano et Vassilena SERAFIMOVA, marimba et percussions. - Funambules


Marimba et piano. Contemporain et jazz.  Folklore et tradition : « Funambules » du pianiste Thomas Enhco et de la percusioniste Vassilena Serafimova marche sur un fil, un premier disque joyeux et subtile.

 

Depuis six ans, le pianiste Thomas Enhco et la percussionniste Vassilena Serafimova forment un duo hors normes. Leur premier disque, « Funambules »,  est à leur image : un mélange joyeux et subtile de musiques venues du classique, leur point commun, mais pas que. Ils ont tous deux un parcours à la croisée des genres, entre classique, jazz, influences contemporaines et improvisation.

La pièce au coeur de ce drôle de disque est « La sonate pour deux pianos » de Mozart (K.448) que Thomas et Vassilena ont transcrit pour leurs deux claviers. Ils arrivent à incarner cette énergie du jeune Mozart, dont la musique est un sublime mariage d’allégresse et de profondeur. Autour de ce chef d’oeuvre, une série de pièces comme « L’Aquarium » de Saint-Saens, une sonate de Bach, des compositions de Thomas Enhco, une autre du compositeur américain Patrick Zimmerli, et même un chant bulgare. Inutile de chercher une cohérence dans cette liste à la Prévert, si ce n’est la plaisir de deux interprètes extrêmement doués formant un duo libre. (classiquemaispashasbeen.fr)

 

 

COUPS DE COEUR PAR GENRE MUSICAL...

 

 


chansonfranaise CHANSON FRANCAISE

                    

 

CHANSON ENGAGEE

 

 

IMBERT IMBERT. - Viande d'amour


Le verbe est cru, le chant théâtral et la voix râpeuse. On songe à Loïc Antoine ou à Mano Solo... (telerama.fr)

  

« Viande d’amour » est le quatrième album d'Imbert Imbert. Douze morceaux musicalement enjoués garnis de textes tendres et sarcastiques sur la vie (« La vie est belle », « La vie mord »), les travers de notre société (« J'veux m'sentir », « A la gorge du temps) et la bêtise humaine (« Le cancer des gens soumis »). (CL) (pointculture.be).

 

MELISSMELL. - L'ankou


Avec ses textes inspirés, romantiques et concernés, la chanteuse redonne du sens à la chanson réaliste et littéraire.


L’Ankou étant une personnalisation de la mort emprunté aux légendes bretonnes, le disque débute gentiment sur l’air d’une comptine connue avant de puiser fort dans la tradition. L’opus de quinze plages, regorge de moments forts à l’image de l’entêtant « Citadelle ». « Les Restes », avec son chant engagé en français comme en anglais sur une rythmique martelante, est aussi très réussi. Le très beau « Chant des éclairés », retenu et contenu, calme le jeu. Quand la rythmique s’accélère, la voix trouve toute son ampleur. Scandant à tue-tête des paroles d’une autre époque (« Le pendu »), Mélanie s’impose avec ferveur. (longueurdondes.com).

 

FLOW. - Intime conviction


Ce n'est plus de la chanson engagée, c'est de la chanson nécessaire. (marianne.net)

 

Voix cassée et rage au cœur, Flow chante comme on mène une bataille. Toutes ses chansons sont comme des cris de révolte. Cette grande dame de la chanson est une sorte de grand-reporter de la chanson, fière et insoumise.

 

 

 

DES VOIX QUI COMPTENT DANS LA CHANSON

 

DELERM, Vincent. - A présent


Sans se défaire de la mélancolie douce qui imprègne ses textes, le chanteur s'impose aussi, dans ce sixième album, en mélodiste de talent. 

 

Apparemment, c'est le moment. Son moment. Jamais un de ses disques n'a été aussi bien accueilli par la sphère médiatique. Fini les reproches contre sa manie du name-dropping (qui lui est en effet passée) ou sa voix qui ne ressemble pas tout à fait à celle d'un ­ténor. A dire vrai, le virage (en ­douceur) ne date pas de cet album-ci, mais plutôt du précédent ; qu'importe. Car oui, ce sixième disque est réussi, fort de deux atouts majeurs : la beauté des musiques — Delerm s'impose en vrai mélodiste —, et les formidables arrangements, à la fois classiques et légers, de Clément Ducol (qui avait déjà travaillé sur le précédent). A eux deux, ils instaurent une ambiance hautement cinématographique (au passage, on entend la voix de Birkin, comme on entend celle de Fanny Ardant sur le dernier Beaupain) ; émouvante d'emblée ; physiquement saisissante. D'ailleurs plusieurs intros s'étirent ­généreusement, avant que les textes — bizarrement moins élaborés qu'à ­l'ordinaire — n'entrent en jeu... — Valérie Lehoux (telerama.fr).

 

TETE. - Les chroniques de Pierrot lunaire


Sixième album, où l'on retrouve à la fois le blues et l’heureuse simplicité de son premier album « L’air de rien »

 

Tété nous revient avec un sixième album, acoustique et concerné. L’album superbement maîtrisé d’un quadra qui cherche sa voie à travers une violente réalité et qui essaie de changer son regard. À travers le blues, forcément… Depuis son cinquième album un peu plus rock, "Nu là-bas", et le succès mérité de « La bande-son de ta vie », en 2013, Tété a, bien sûr, tourné. Il a aussi écrit pour Fréro Delavega le délicieux « Ton visage ». Ce Pierrot-là est né après une série de concerts acoustiques au Japon et à Tahiti, en 2014. "Je voulais jouer ainsi, seul avec mes guitares, justifie Tété. Dans la légèreté. Il ne faut pas oublier que je viens des bars, de la rue, sans amplification"… (musique.rfi.fr).

 

 

 


musiquesdumonde MUSIQUE DU MONDE

 

 

DOM LA NENA. - Soyo


La nouvelle voix de la chanson brésilienne. Après le succès de "Birds on wire" en duo avec Rosemary Standley, nous découvrons sa pop douce et aérienne explorant de vastes contrées musicales entre la France, le Brésil et l'Argentine. (fipradio.fr)

 

Les voyages il en est toujours question dans la vie de Dominique Pinto. Brésilienne de naissance et Française d’adoption, également passée par l’Argentine pour y perfectionner son instrument (le violoncelle), Dom La Nena mène une existence itinérante. Entre l’Amérique du Sud et l’Europe, seule ou accompagnant les voix atypiques de Jeanne Moreau, Etienne Daho, Camille et Jane Birkin, la jeune femme, comme un oiseau-migrateur va de rencontre en rencontre sans se soucier des frontières. Les voyages libèrent son identité musicale et deviennent l’élément central de ses compositions. Chantées en espagnol, portugais et français, les chansons de Dom La Nena sont délicatement mélodiques et puisent dans ses origines brésiliennes des rythmiques irrésistibles qui ne masquent pas toutefois un brin de saudade. La nostalgie du pays et le déchirement de l’éloignement sont des conséquences inévitables d’une vie de voyage. (fipradio.fr).

 

 

ART VOCAL ARABE

 

Waed BOUHASSOUN, chant et luth oud ; Moslem RAHAD, flûte ney. - La voix de la passion


La chanteuse syrienne Waed Bouhassoun interprète la poésie nabatéenne du Sud de la Syrie et la poésie classique.

Pour la poésie nabatéenne qui est généralement accompagnée du son du rabab, instrument bédouin à une corde, elle a décidé de se faire accompgner de la flûte ney, instrument à souffle continu, dont Moslem Rahal est l'un des meilleurs interprètes dans le monde arabe.

 

Waed Bouhassoun interprète deux facettes différentes du riche art vocal arabe. La première est celle inspirée par la poésie nabatéenne du Sud de la Syrie et l'autre celle de la poésie classique, telle qu'elle s'est développée notamment dans l'Andalousie musulmane, au cours des huit siècles (711-1492) de la présence de l'islam en Espagne. La voix de la chanteuse s'adapte à la nature de la musique du poème qu'elle interprète. Ainsi, pour la poésie nabatéenne, elle contracte ses cordes vocales et adopte une voix "montagnarde", tandis que pour la poésie classique, elle laisse à sa voix une grande fluidité et une absolue liberté d'emprunter toutes les subtilités mélodiques.Le travail sur le timbre entre le ney de Moslem  et la voix de Waed nécessite une parfaite connivence, chacun doit être constamment à l'écoute de l'autre afin que le chant et le ney ne deviennent qu’une seule voix. (extraits des note du livret)

 

OUM. - Zarabi


Elle explore un peu plus, avec sa voix sensuelle et profonde, la diversité des musiques marocaines qu’elle teinte de jazz, soul, de rythmes gnaouas et hassani. 

 

"Zarabi" qui signifie tapis en dialecte darija marocain est un hommage aux tisseuses de tapis du village de M’hamid El Ghizlane. Ces artisanes fabriquent leurs tapis à partir de vêtements usagés fournis par les clients eux mêmes et assemblent ainsi la mémoire vestimentaire d’une famille dans une même création. Choyée par l'accompagnement du oudiste Yacir Rami et du percussionniste Rhani Krija, la grâce de Oum irradie sur une valse orientale (Nia), des ryhtmes gnaouas (Lila) ou un mambo du désert (Veinte Años)... Un désert omniprésent dans l'album enregistré les micros plantés dans le sable dans les conditions du live, pour "suivre l'humeur du désert"... (fipradio.fr)

 

 

 


classique          MUSIQUE CLASSIQUE

 


 

 

Orfeo chaman / L'ARPEGGIATA . dir. Christian PLUHAR


Christina Pluhar s’est fait une spécialité de la fusion des styles et des cultures musicales, avec des albums à succès comme Mediterraneo, Via Crucis et Los Pajaros Perdidos.(fipradio.fr)

Orfeo Chaman confronte mythologies méditerranéennes et amérindiennes. Au travers de cet opéra en cinq actes, Christina Pluhar, Rolf et Heidi Abderhalden recréent le mythe d’Orphée.

 

En y confrontant mythologies méditerranéennes et amérindiennes, ils dévoilent la part mystique et symbolique de ce drame poignant, en un voyage au cours duquel Orphée apprend le langage des animaux, parle aux esprits gardiens des plantes et accomplit de la magie grâce à sa musique. Spécialiste de la musique baroque, Christina Pluhar est une musicienne reconnue de la musique pour luth, guitare, archiluth, théorbe et harpe baroque. En 2000, elle fonde son propre ensemble, L’Arpeggiata, avec lequel elle explore la musique vocale et instrumentale du premier baroque (1580-1630). Heidi et Rolf Abderhalden sont metteurs en scène et dramaturges. Ils sont également directeurs du Mapa Teatro, un collectif très créatif et prestigieux de Colombie. L'opéra se déroule selon les étapes du voyage d'Orféo. (francetvinfo.fr).

 

 

Il était une fois, un opéra imaginaire autour des contes de fées de l'époque romantique / Jodie DEVOS, soprano ; Caroline MENG, mezzo-soprano ; Quaturo Giardini


Opéra imaginaire constitué d'airs d'opérette transcrits pour quatuor piano et cordes

 

Ce projet est construit comme un conte universel inspiré de Cendrillon, La Belle au bois dormant, Barbe-bleue, Le Petit Poucet... mis en musique par les compositeurs français de l'époque romantique.

 

Voilà un disque délicieux, une friandise musicale... On le doit une fois encore au très prolifique Centre de musique romantique française du Palazzetto Bru Zane. Lequel a repris le principe du récital-spectacle... A priori, rien à voir entre les mondes des très connus Jacques Offenbach, Gioacchino Rossini ou Jules Massenet et ceux des bien plus discrets (voire totalement oubliés) Charles Silver, Laurent de Rillé (délicieux duo extrait de son Petit Poucet), Nicolas Isouard, Frédéric Toulmouche (savoureuse ode au flirt tirée de La Saint-Valentin) et Gaston Serpette. Rien, sauf la thématique de la féerie, retricotée par Alexandre Dratwicki, l'auteur des arrangements, en « conte universel » débordant de charme et de drôlerie...

L'une des meilleures idées de cet album joliment illustré (par Delphine Jacquot), c'est d'avoir distribué les rôles à deux jeunes chanteuses talentueuses, à la diction soignée et aux timbres et tempéraments très complémentaires, l'un solaire, l'autre lunaire. Au soprano frais et clair de Jodie Devos répond ainsi le mezzo-soprano plus sombre et chaleureux de Caroline Meng... — Sophie Bourdais (telerama.fr)

 

 

Johann Sebastian BACH ; André ISOIR. - Transcriptions / Michel BOUVARD et François ESPINASSE, orgue


Un hommage musical des deux artistes, professeurs d'orgue des Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Paris et de Lyon, à leur ancien maître André ISOIR.

 

André Isoir transcripteur de Bach, de l'univers des cantates à celui des concertos, au service de pures oeuvres d'orgue. De la sinfonia de la 29ème cantate au concerto pour quatre clavecins, un nouvel éclairage de certaines des plus fameuses pages du cantor, restituées par Michel Bouvard et François Espinasse.

 

 


 

blues4

BLUES

 

 


 

BLUES ROCK

 

Manu LANVIN and THE BLUES DEVILS. - Blues, booze & rock 'n' roll


Encore plus Rock que ses prédécesseurs, cet album est un recueil de douze titres qui se teintent non pas du Blues mais bel et bien de tous les blues, de celui du Texas à celui de Chicago en passant par ceux du Mississippi ou encore de la West Coast.

 

"Blues, booze & Rock ‘n' roll" se veut à la fois un portrait sans fioriture d'un artiste à deux facettes, celle d'un bluesman désabusé qui chante les coups bas de la vie, mais aussi et surtout celle d'un rocker optimiste qui prône "la musique du diable" pour un monde meilleur. La meilleure illustration en est la chanson-titre, véritable hymne en puissance pour toute la famille blues rock qui accueille aujourd'hui Manu Lanvin comme l'un de ses meilleurs représentants.

 

 

Beth HART. - Fire on the floor


Une voix aisément reconnaissable dans le paysage jazz-blues-rock actuel

 

Une voix à la Melody Gardot, du genre qui n’a pas besoin de beaucoup pour séduire. Deux, trois arrangements, quelques fioritures rock et le tour est joué. En tout cas, c’est ce à quoi Beth nous avait habitués jusqu’ici. Des sommets furent atteints ces dernières années avec sa célèbre collaboration avec le guitariste Joe Bonnemassa,  sur  « Don’t Explain »… (lagrosseradio.com)

 

 

 

 


 

jazz             JAZZ                          

 

 

Allen TOUSSAINT. - American tunes


Album posthume d'Allen Toussaint qui fut l'un des principaux artisans du son de la Louisiane à l'instar de Louis Armstrong, de Sidney Bechet, de Jelly Roll Morton, Dr John ou son modèle Professor Longhair..

Compositeur, pianiste, chanteur, arrangeur et producteur, Allen Toussaint a fait rayonner l'extraordinaire richesse musicale de la Nouvelle-Orléans pendant plus de cinquante ans avant de nous quitter le 9 novembre 2015 à l'âge de 77 ans.

 

Le label Nonesuch sort, l'album posthume "American Tunes" regroupant deux sessions et alternant des titres pianos solos captés chez l'artiste en 2013 et des oeuvres enregistrées, un mois avant sa mort, avec la section rythmique de Jay Bellerose et David Piltch rejoints par des invités comme Bill Frisell, Charles Lloyd, Greg Leisz, Rhiannon Giddens ou Van Dyke Parks. Outre ses propres compositions, Allen Toussaint y reprend des classiques de Duke Ellington, de Fats Waller, de son ami Paul Simon et bien sûr de celui qu'il vénérait Henry Roeland "Roy" Byrd alias Professor Longhair à qui il rendait hommage avec ce dernier projet.


 

 

 

John SCOFIELD. - Country for old men


Reprises de standards de la country.

John Scofield aurait pu aller à Nashville pour enregistrer avec les professionnels patentés de ce style musical mais il a préféré adopter une approche plus jazz. Soutenu par ces grandes pointures du jazz que sont Larry Goldings, Steve Swallow et Bill Stewart, il a tenté l’aventure.

 

 

En 40 ans de carrière, John Scofield s’est imposé comme un guitariste majeur parmi les plus influents dans le domaine du jazz que sont Bill Frisell, John McLaughlin ou Pat Metheny. Aujourd’hui il se tourne vers la musique country mais cela n’est pas surprenant pour cet artiste qui n’a cessé d’explorer la musique dans toutes ses dimensions.  John Scofield a en effet imposé sa voix unique dans le jazz moderne en jouant dans les configurations et les styles les plus variés. Blues, bebop, funk, jazz modal post coltranien, jazz swing dans la pure veine de Wes Montgomery, jazz-fusion avec Miles Davis puis sous son nom, jazz soul, jazz moderne et bien d’autres sensibilités musicales. Il incarne donc une synthèse très personnelle de l’étendue des styles qui peuvent être abordés à la guitare… (latins-de-jazz.com)

 

 

 

 

AWAKE. - As we fall


Groupe emblématique issu de la scène des clubs de jazz parisiens. Jazz nourri d'inspiration folk, pop-rock ou classique.

 

Awake, c'est le nom d'un éveil. Celui d'un groupe emblématique issu de la scène des clubs de jazz parisiens. Celui d'un son, au plus prés du chant et de la mélodie, qui assume sa sensibilité folk et son lyrisme. Après un premier opus sorti uniquement en digital, Awake publie son second disque, un album aux compositions originales, qui dévoile un univers inspiré, aux formes développées, aux mélodies affirmées, d'une authentique fraicheur. Nourri d'inspiration folk, pop-rock ou classique qui donnent à la musique de ce quintet une couleur émouvante et sensible, Awake marque la naissance d'une nouvelle génération du jazz français.

 

 

 


 

 rockpop

 ROCK - POP -

VARIETES INTERNATIONALES

 


 

 

Nick CAVE. - Skeleton tree


Soignant le mal par le mal, Nick Cave publie un disque de deuil à la noirceur infinie. 

 

« Avec Push the Sky away », il y a trois ans, Nick Cave traçait de séduisantes perspectives, empreintes d’une sérénité bienvenue, pour la suite de sa carrière de crooner rock résolument ténébreux. Un drame personnel – la mort accidentelle de son fils Arthur en 2015 – est venu modifier ses plans, les ténèbres n’étant soudainement plus un simple refuge esthétique mais une réalité avec laquelle il faudrait désormais se battre, humainement autant qu’artistiquement […) Musicalement, « Jesus Alone » donne le ton en ouverture sous l’aspect d’une longue psalmodie innervée par un ronflement lugubre de guitares et un sifflement à la mort… (lesinrocks.com).

 

 

 

STING. - 57th & 9th


Son premier album pop rock depuis 13 ans. 

 

Cette oeuvre de dix chansons illustre toute la richesse musicale de la palette de styles explorés par Sting au fil des années, de l'imaginaire féroce et aventurier du titre "Petrol Head" au style plus folk et narratif de "Pretty Young Soldier". Sur le premier single "I Can't Stop Thinking About You", Sting montre une facette plus enlevée et dansante, témoignant de l'influence que sa musique continue d'exercer sur la pop actuelle.


 

 

Jack WHITE. - Acoustic recordings : 1998-2016


La carrière musicale de Jack White en 26 titres acoustiques.

 

Jack White acoustic recordings 1998-2016 retrace la carrière musicale de Jack White en 26 titres acoustiques : des titres d'albums, des faces B, des versions alternatives et des inédits, extraits de ses albums en solo ou en groupe avec The White Stripes ou The Raconteurs.

 

 

 


 

electro1 MUSIQUES ELECTRONIQUES

 

PLAID. - The digging remedy


Plaid a trouvé sa liberté en réduisant son champ des possibles, bâtissant ses compositions à partir de passions de toujours pour l’acid-house, la techno made in Detroit ou l’ambient.

 

 

 Bien qu’ils aient sollicité dans le passé les voix de Björk, Nicolette ou Leila Arab (Not for Threes en 1997), ils boycottent en général le timbre humain, lui préférant une orchestration machinique. Le miracle, c’est que les deux Londoniens n’ont jamais bridé leur imagination ou imposé des œillères à leur electronica mouvante et joueuse. Sur ce neuvième long format où ils bénéficient du renfort de Benet Walsh (guitare acoustique et flûte), on retrouve intacte leur signature sonore, ce mariage pointilliste entre des nappes de claviers rêveuses et des rythmiques complexes. (lesinrocks.com).

 

 

 

 


reggae REGGAE

 

FEARON, Clinton. - This morning


Une légende jamaïcaine du reggae roots

 

Celui qui fut l'emblématique bassiste et vocaliste des mythiques Gladiators jusqu'en 1987, est l'auteur d'une carrière sans failles. Son secret, il le résume simplement ainsi: "Many of my songs started just like that with mi and mi guitar". A 65 ans, Clinton Fearon a su garder ce qui a fait sa renommée. Un talent presque inné, acquis dès son plus jeune âge, le large sourire bien accroché qu'on lui connaît, une voix facilement reconnaissable, un son roots bien propre, une présence et un charisme, en toute simplicité… (lagrosseradio.com)

 

DANAKIL. - La rue raisonne


Ce 5ème opus remet le groupe sur le devant de la scène militante et engagée francophone

 

Le premier single, "32 Mars" fut d'ailleurs une chanson composée en marge des concerts organisés par le groupe et leur entourage en soutien au mouvement Nuit Debout. Musicalement, le groupe a continué d'évoluer, en faisant confiance aux beatmakers maison pour muscler ses productions. Le résultat est un reggae roots nouvelle génération, bien ancré dans l'air du temps. Une attention toute particulière a aussi été accordé au mixage de l'album, au sein d'un studio 100% analogique, permettant aux musiciens de livrer un album charpenté, aux basses lourdes, avec une réelle profondeur de son.

 

DUB INC. - So What


Le groupe indépendant le plus populaire de Saint Etienne revient avec son 6ème album, encore une production 100% signée Dub Inc, de la conception à la distribution en passant par le mixage, le mastering etc... 

 

 

Cela fait maintenant presque 20 ans que ce groupe a débuté, c'était exactement en 1998,... ils ont parcouru la planète pour délivrer leur musique, leur message, leur vibration, on les a vus dans toutes les grandes villes de l'hexagone, en Asie, en Amérique du Sud, en Afrique, et dans de nombreuses villes d'Europe. A chaque sortie, chaque tournée, la troupe nous surprend par son renouvellement de Live, leur énergie débordante et communicative qui se propage comme un virus et ramène à chaque fois un public plus nombreux. (lagrosseradio.com).